Trottinettes électriques : à quoi s'attendre avec les automobilistes du Québec ?

Il existe de nombreuses similitudes entre cyclistes et utilisateurs de trottinettes électriques. Tous deux doivent circuler sur les pistes cyclables. Tous deux peuvent se frayer un chemin dans la file interminable des 4 roues des rues de Montréal. Tous deux ne sont que légèrement protégés et donc très vulnérables. Tous deux ne peuvent pas circuler sur les trottoires.

On peut donc imaginer que les automobilistes, cette fois encore, vont faire de la vie des wheelers un véritable cauchemar. Dans cet article, on ose, que dis-je, on prédit la prochaine guerre qui se profile entre les automobilistes et les wheelers.

La brève et sanglante histoire du partage de la voierie entre automobilistes et cyclistes

Je vous mets au défi : connaissez vous un conducteur qui, roulant quotidiennement dans les rues de Montréal, n'ait pas sacré sur un cycliste qui s'est presque empalé sur son capot ? Et vice-versa : connaissez vous un cycliste régulier qui n'a pas chuter face à une conduite dangereuse d'un automobiliste ? 

Ces histoires, on en a tous en tabar. Et pour cause : l'asphalte Montréalaise est un lieu de tension où la colère gronde des milliers de fois par jour. Dans un article de Radio-Canada, datant de 2009, on parle déjà de guerre entre ces deux clans. Quand la presse demande l'avis de ses lecteurs, il y a 10 ans déjà, on ressent la tension éternelle de ces deux espèces.

Du côté des cyclistes d'abord

[..] Survivre en vélo avec l'anarchie sauvage qu'il y a sur les routes est comme jouer à la roulette russe, j'aime bien aller au travail en bicyclette mais je mets ma vie en jeu à chaque fois. [..]
Gontran Drouin

[..] il m'est arrivé de me faire crier par un automobiliste "tasse-toi de la rue"; j'ai fait alors un sursaut et j'ai perdu le contrôle de mon vélo et fait une chute, et ce, alors que je revenais pacifiquement d'une randonnée de vélo de montagne. C'est de la violence subtile !
Jean-Marc Guay

Mais aussi des automobilistes 

[..] Je constate souvent le soir la présence de vélos invisibles  : sans phare, sans clignotants, sans même réflecteurs pourtant obligatoires il m'est arrivé de devoir freiner à la dernière minutes pour éviter de tels cyclistes [..]
Pierre Bouchard

En 2015 les tensions, malgré l'amélioration de l'ensemble des pistes cyclables de Montréal, sont toujours palpables. Une réponse sur Facebook d'un employé (les gestionnaire de communauté) de la SAAQ à un internaute automobiliste qui menacait les cyclistes avait mis de l'huile sur le feu : 

J’ose imaginer que vous ne pensez pas vraiment ce que vous avez écrit. Vous seriez prêt à vivre avec un mort sur la conscience en échange de quelques secondes de moins sur la route et de quelques km/h de plus au compteur», peut-on lire. [...] À moins que vous soyez sérieux, ce qui démontrerait que vous n’avez peut-être plus les capacités cognitives pour conduire.

Pourtant selon l'état du vélo au Québec, publié en 2015 et réévalué tous les 5 ans, 33% des québécois ont entre mai et septembre pédalé au guidon d'un bicycle. Les hostilités sont toujours bien présentes en 2019. Pour la présidente de Vélo Québec, Mme Lefebvre,  il faut qu’on partage la route pour vrai.

Étant donné la cohabitation déjà difficile entre autmoobilistes, cyclistes et piétons, que peut-on présumer pour l'arrivée de la trottinette en libre service à Montréal ?

La brève et sanglante histoire du partage de la voierie entre automobilistes et cyclistes

Trottinettes électriques : un Paris difficile un perspective

Trottinettes électriques : un Paris difficile un perspective

Il faut être aveugle et sourd pour ne pas avoir entendu parler de la situation parisienne : des trottinettes lancés par des dizianes de compagnie à travers la capitale française. Pas d'encadrement, en laissant des néophytes, parfois très jeunes, des non cyclistes, le tout sans protection, rouler à la fois sur les pistes cyclables, sur la chaussée ou sur le trottoir. 

Si maintenant vous ajoutez le problème du libre stationnement des véhicules dans la ville et vous comprendrez que la jungle (que l'on pouvait là aussi prévoir) s'inviterait dans le centre ville parisien.

En se basant sur ces faits et sur l'actuelle guéguerre cyclo-auto, pouvons-nous être réellement optimiste pour les utilisateurs de ces noueaux moyens de transport ? 

Notre réponse va être assez nuancée. Non... mais oui ! Non, vous le savez déjà. La ville de Montréal n'est pas tout à fait prête à accueillir ces nouveaux utilisateurs de la route. Mais nous restons optimistes : le fait que l'utilisation de ces moyens de transports se mutiplient ne peut que faire pencher la balance. Plus les utilisateurs seront nombreux, plus les actuels wheelers seront considérer sur la voie publique. Toute bonne idée passe trois phases : ridicule, dangereux puis évident. 

D'abord ridicule : qui aurait besoin d'un jouet électrique pour se déplacer ? Dangereux : ils roulent n'importe comment, ils n'ont pas conscience du danger de la route et en plus ils se tuent ou tuent des piétons. Évident : mais comment faisaient ils avant sans trottinettes électriques Papa ? Tout le monde avait une auto ? Tu conduisais une voiture seul ? Pour faire 5 km ? Criss quelle époque.

Les précurseurs de la mobilité électrique, des ambassadeurs en renfort

Les premiers wheelers, que vous conduisiez des roues électriques (gyroroues), des skateboards électriques (eskate) ou encore des trottinettes électriques : vous êtes en avance sur votre temps. Au delà de réduire votre impact carbonne sur des trajets qui ne nécessitent en aucun cas de déplacer 2000 lbs de tôle, vous êtes les ambassadeurs d'une mobilité motorisée urbaine de nouvelle génération. 

C'est en guidant les nouveaux utilisateurs de trottinettes, en parlant autour de vous du changement de vie que vous a procuré les nouveaux moyens de transport électrique urbain, qu'on réussira ensemble à changer la vision des automobilistes... et même mieux, d'en faire de nouveaux wheelers. Protections, respect du code de la route, conscience du danger et des piétons et même respect des conducteurs d'autos qui pour beaucoup encore, ne peuvent pas s'en passer et ce pour de bonnes raisons.

Nous sommes persuadés que les villes ont de moins en moins de place à donner aux conducteurs esseulés dans leurs voitures en plein centre. C'est sur que ca va chialer, mais ca, vous le savez déjà.

On vous laisse avec une petite touche d'humour : Mr Flex vous parle du soit disant danger des trottinettes électriques.

Les précurseurs de la mobilité électrique, des ambassadeurs en renfort